Autres photos de France

Sologne - Château de Fougères-sur-Bièvre
Fougeres_01.JPG
Fougeres_02.JPG
Fougeres_03.JPG
Fougeres_04.JPG
Fougeres_05.JPG
Fougeres_06.JPG
Fougeres_07.JPG
Fougeres_08.JPG
Fougeres_09.JPG
Fougeres_10.JPG
Fougeres_11.JPG
Fougeres_12.JPG
Fougeres_13.JPG
Fougeres_14.JPG
Fougeres_15.JPG
Fougeres_16.JPG
Fougeres_17.JPG
Fougeres_18.JPG
Fougeres_19.JPG
Fougeres_20.JPG
Fougeres_21.JPG
Fougeres_22.JPG
Fougeres_23.JPG
Fougeres_24.JPG
Fougeres_25.JPG
Fougeres_26.JPG
Fougeres_27.JPG
Fougeres_28.JPG
Fougeres_29.JPG
Fougeres_30.JPG
Fougeres_31.JPG
Fougeres_32.JPG
Fougeres_33.JPG
Fougeres_34.JPG
Fougeres_35.JPG
         

 

La seigneurie de Fougères apparaît dans les textes dès 1030, mais c’est après la Guerre de Cent Ans que les bâtiments actuels sont construits, de 1450 à 1520 environ.
L’aile ouest (face à la galerie à arcades) fait partie avec l’aile sud des premières constructions élevées par Jeanne de Faverois, épouse de Jean de Refuge, entre 1450 et 1475. Elle est formée de deux logis de niveaux différents reliés par une tourelle d’escalier en saillie, et conserve sa distribution intérieure d’origine. L’aile sud renferme deux salles de réception superposées, les « grandes salles » gothiques. Disposition rare, on accédait directement à la salle du rez-de-chaussée par une porte donnant sur la cour. Cette porte, comme celle contiguë qui donne accès à l’escalier à vis dans-œuvre (et non pas situé dans une tourelle), est surmontée d’un remarquable fronton sculpté.
L’aile nord, par laquelle on accède à la cour du château, a été édifiée de 1470 à 1498 pour Pierre de Refuge, fils de Jeanne de Faverois, après qu’il eut obtenu de Louis XI l’autorisation de fortifier le château. Cette aile comportait une courtine d’entrée, un pont-levis, le donjon de plan rectangulaire à l’angle nord-est et la grosse tour fortifiée du nord-ouest.
Vers 1520, c’est le petit-fils de Pierre de Refuge, Jean de Villebresme, qui relie l’aile sud au donjon en construisant au-delà de la courtine et au-dessus de l’ancienne douve l’aile est, composée d’une galerie et d’un étage sous combles. Cette galerie à arcades surbaissées rappelle celle de l’aile Louis XII du château de Blois construite vers 1500.
A l’extrémité de la galerie, Jean de Villebresme fait édifier la chapelle sur des voûtes qui enjambent les douves. C’est à cette époque que le château est mis au goût de la Renaissance par l’ajout de pilastres à décor de rinceaux et motifs géométriques autour des fenêtres.
Les siècles suivants apporteront quelques modifications ; agrandissement des baies du corps de logis de l’aile sud, comblement des fossés, suppression des ponts-levis. Après l’achat du château par l’Etat en 1932, une campagne de restauration est menée de 1933 à 1937 par M. Lotte, architecte en chef des Monuments Historiques. Ce château-fort possède une cohérence architecturale due à sa période de construction relativement courte et aux rares modifications qui lui furent apportées.